Sécurité Passive

La sécurité Passive,
Qu'est-ce que c'est ?

La sécurité passive correspond à l'ensemble des dispositifs mis en place pour minimiser la gravité d'un accident. Aujourd’hui au cœur des préoccupations de l’industrie automobile, elle représente également un enjeu essentiel de la signalisation routière.

Limiter les accidents graves pour sauver des vies

Faire reculer la mortalité en réduisant les conséquences liées à une sortie de route, un véritable défi. Apparue dans les années 60-70 aux Etats-Unis et en Scandinavie, cette préoccupation est devenue majeure en France depuis le début des années 80. Les progrès réalisés dans ce domaine s’appliquent tout particulièrement aux comportements des structures et des obstacles en cas de choc. Les avancées ont ainsi permis de limiter considérablement les conséquences d’une collision pour les occupants du véhicule.
La route qui pardonne… et pourquoi pas ?

La fin de la période d’expérimentation

L'arrêté du 9 Avril 2015 autorisant l'emploi des supports de signalisation à sécurité passive est une évolution décisive vers la reconnaissance des supports à sécurité passive, dits « fusibles ». Publié au Journal Officiel du 18 avril 2015, cet arrêté marque notamment la fin des démarches administratives pour les gestionnaires des routes. Il fait suite au plan d'action de 26 mesures pour lutter contre l'insécurité routière présenté par Le Ministre de l’Intérieur Monsieur Bernard Cazeneuve (voir mesure n°15 du dossier de presse relative à la nécessité d'installer des mâts fusibles sur tout le réseau routier français).

Les chiffres marquants

1 455 décès


dont 180 liés
à des supports de signalisation routière
(Rapport ONISR 2011)

1 % du PIB


c'est le coût imputable
aux accidents de la route chaque année

30 km/h


à cette vitesse, une collision
avec un obstacle peut-être fatale.

Retours d'expériences sur la sécurité passive

text

" J’avais entendu parler de l’existence des supports « fusibles » pour la première fois il y a 15 ans, mais ce n’est qu’en 2011 que j’apprends que la DSCR accepte de les expérimenter et découvre la gamme Mx3D de LACROIX Signalisation. Depuis, nous en avons fait poser une quinzaine sur les contournements de Talmont Saint-Hilaire et de Coëx (85). "Loïc Le Maître, Chef du service grand travaux, Conseil général de la Vendée

text

"Une campagne d'installation de radars pédagogiques a été initiée en 2012 en France métropolitaine (un radar pédagogique a pour but de réduire la vitesse, première cause de mortalité sur les routes). Afin de ne pas rajouter d'obstacles agressifs le long des routes, les supports à sécurité passive ont été prescrits pour ces aménagements. Cela représente plus de 130 supports installés sur l’ensemble du territoire. "

Nos experts répondent à vos questions

Comment savoir si un produit est à sécurité passive ?
Exiger le n° de certificat, et vérifier qu’il est délivré par un organisme notifié.

Exiger la déclaration de performance, et vérifier si la classe de performance « sécurité passive » est différente de 0 ou NPD. Cette performance est valable pour un support complet, pas ses sous-ensembles, et vient en complément de la performance primaire (résistance au vent, etc …).

Le marquage individuel n’est pas obligatoire.
Tous les supports à sécurité passive sont-ils certifiés ?
OUI,
Pour pouvoir déclarer qu’un support est à sécurité passive, il est obligatoire d’avoir obtenu un certificat selon les normes NF EN 12899-1 et EN 12767.
Ce certificat doit être délivré par un organisme notifié, aussi bien pour la fonction primaire (supporter les panneaux de signalisation), que pour la sécurité passive.
NON,
Malheureusement, il peut y avoir des abus et des auto-déclarations abusives. Pour s’assurer que le support est à sécurité passive, il est impératif de demander le numéro de certificat et de s’assurer qu’il provient d’un organisme notifié.
Suis-je obligé d’isoler les supports de signalisation ?
NON,
il est recommandé de les éloigner de la voie de circulation ou de les rendre moins agressifs. Si cela s’avère impossible, il faut les isoler avec des glissières (extrait du guide TOL). Noter que dans certains cas, le dispositif de retenue peut être justifié par des considérations liées au profil de la route ou à des obstacles.
Tous les produits à sécurité passive possèdent-ils une efficacité équivalente ?
NON,
cette performance complémentaire est divisée en différentes classes (classe de vitesse, classe d’absorption d’énergie, classe de sécurité). Tous les produits ayant une classe sont satisfaisants, sauf ceux ayant la classe 0 ou NPD. Prochainement, d’autres classes seront introduites pour guider l’acheteur dans son choix (exemple : classe de directivité).
Y a-t-il des précautions à prendre pour poser des supports à sécurité passive ?
OUI,
il faut respecter les préconisations de pose et de maintenance fournies par le fabricant, et s’assurer que le produit livré est conforme à celui qui a obtenu le certificat CE. La commission de normalisation travaille actuellement à la rédaction d’une norme dont le but est d’aider les gestionnaires à choisir et poser ces supports.
Tous les supports sont-ils des obstacles dangereux ?
NON,
les supports individuels de résistance en flexion < 570 daN.m ne sont pas considérés comme des obstacles dangereux. En Angleterre, après test réel au TRL, un mat en acier de Ø89mm x 3,2 mm d’épaisseur a été classé 100NE2
La norme EN 12767 concerne-t-elle uniquement les supports de signalisation ?
NON,
la norme EN 12767 décrit les essais à effectuer pour toutes les structures d’équipement routier (supports de signalisation, candélabres, feux tricolores, délinéateurs).
Les supports à sécurité passive (SSP) sont-ils toujours soumis à une période d'expérimentation?
NON,
nous pouvons considérer que la période d'expérimentation nationale est terminée.

Cette expérimentation avait les contours suivants :
  • - Pilotage par le CEREMA Normandie-Centre
  • - Démarrage le 28 mai 2010 par une lettre de cadrage du délégué interministériel à la Sécurité Routière

    - Durée initiale 3 ans, prolongée d' 1 an. Donc avec une fin prévue en Novembre 2014.


Et, le 6 Novembre 2014, aux Assises des Equipements de la Route, un bilan a été présenté par le CEREMA avec les conclusions, positives, suivantes :
  • - Vu les résultats des expérimentations, la DIT et la DSCR ont décidé d’autoriser l’emploi des SSP de signalisation.
  • - Le CEREMA est consulté pour un projet d’arrêté pour modifier l’IISR et autoriser l’emploi des SSP de signalisation.

    - Le CEREMA est consulté pour un projet d’arrêté RNER pour fixer les niveaux de performance.

Solutions en matière de sécurité

text

Support à sécurité passive Mx4

La conception unique et brevetée du mât à sécurité passive Mx4 lui permet d’adapter le mode de rupture en fonction de la vitesse de l’impact du véhicule. A 50 km/h, pour des applications urbaines, Mx4 ne rompt pas et retient le véhicule en absorbant une grande quantité d’énergie. A 100 km/h, sur des routes interurbaines, Mx4 se déforme et cède sous l’impact, le véhicule n’est pas stoppé brutalement sur l’obstacle.

Consultez la fiche produit du support

text

Balise d’îlot autorelevable

Idéale pour l’équipement des îlots, la balise autorelevable présente des propriétés élevées de mémoire de forme et de résistance à la torsion et aux chocs. La balise reprend sa position initiale après le choc et la déformation. Son embase en caoutchouc souple limite la gravité du choc en cas de collision ou chute d’un deux roues. Un produit résistant, durable et optimisé pour la sécurité des usagers en zone urbaine.

Consultez la fiche produit de la balise

text

Balises de signalisation autoredressables

Les balises de signalisation J11-J12 et K5 autoredressables, en polyéthylène présentent des propriétés élevées de mémoire de forme et de résistance à la torsion et aux chocs. Elles reprennent leur position initiale après le choc et la déformation. Sécurité, haute résistance et simplicité de montage caractérisent cette solution de balisage continu ou divergent.

Consultez la fiche produit des balises

text

Potelet à mémoire de forme

Conçu en polyuréthane, le potelet à mémoire de forme résiste aux chocs, à la torsion et ne détériore pas la chaussée. Il reprend sa forme initiale, même après un écrasement total causé par le passage d’un véhicule. Une solution idéale et esthétique pour sécuriser les zones à risques, en ville.

Consultez la fiche produit du potelet


Démonstrations en image

Le support Mx4 de LACROIX Signalisation

  • 50 HE, HAUTE ABSORPTION D’ÉNERGIE
    - L'unique support de signalisation HE au monde
    - En ville, à 50 km/h, le mât retient le véhicule
    - Le véhicule est retenu, le mât n’est pas projeté, les piétons, cyclistes et autres usagers proches du choc restent en sécurité
  • 100 NE, SÉCURITÉ SUR ROUTES
    Sur route, à 100 km/h, le mât se déforme et cède, le véhicule n’est pas stoppé brutalement sur l’obstacle
  • UNE SOLUTION OPTIMISÉE
    - 100 % compatible : compatible avec tout type de massifs, tiges d’ancrage et de fixations de panneaux normalisés
    - Remplacement simple : réutilisation de la réhausse et des panneaux existants - Pas de maintenance : aucun contrôle annuel nécessaire, économie d’entretien


LA BALISE D’ILOT SOLFLEX DE LACROIX SIGNALISATION

  • Ultra résistante
    Grâce à son panneau en polycarbonate et à son embase souple, la balise d’îlot Solflex résiste aux passages de multiples véhicules : la balise encaisse les collisions, se déforme et reprend sa position initiale après un choc.
  • Ergonomique
    La balise Solflex se fixe simplement à l’aide de 4 vis pour une pose facile et rapide. Son embase souple et la composition de son panneau lui confèrent une absence totale d’agressivité en cas de choc ou de chute d’un deux roues.
  • Toujours visible
    Les 2 bandes rétroréfléchissantes situées sur l’embase assurent une visibilité de jour comme de nuit. Le danger continue ainsi à être signalé même en cas d’arrachement du panneau.




Contact

Vous souhaitez plus d’informations ou partager votre expérience de la sécurité passive, contactez-nous. mail
Haut de page